Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Le nouveau gouvernement du Canada élimine des programmes ruineux, recentre les ressources financières sur les priorités et procède à une réduction importante de la dette, comme promis

Mettre l'emphase sur les priorités des Canadiennes et des Canadiens :

Les Canadiennes et les Canadiens s'attendent à ce que l'argent qu'ils ont durement gagné soit investi dans des programmes efficaces qui répondent à leurs besoins. Les dépenses judicieuses sont l'une des pierres angulaires d'un gouvernement responsable.

Dans le budget de 2006, le nouveau gouvernement du Canada s'est engagé à trouver 1 milliard de dollars en économies provenant des programmes et activités qui ne sont plus efficaces.

Nous avons cerné des économies dans quatre secteurs :

  1. Des programmes qui n'en offraient pas pour leur argent au profit des Canadiennes et Canadiens.  Par exemple, nous économisons 13,9 millions de dollars en mettant fin au projet de radar haute fréquence à ondes de surface puisque le spectre des radiofréquences nécessaire au système n'est pas disponible. 
  2. Les fonds non utilisés de programmes qui ont déjà atteint leurs objectifs ou qui ont été moins utilisé que prévu.  Par exemple, nous économisons 15 millions de dollars par l'entente sur le bois d'œuvre.  Le gouvernement antérieur n'a jamais cru réussir cette entente et il avait réservé de fortes sommes pour payer les avocats.
  3. Des économies d'efficacité en simplifiant les programmes.  Par exemple, nous économisons 4,5 millions de dollars en consolidant certaines missions étrangères.  Avec les progrès technologiques en télécommunications, dans les pays où nous avons plusieurs missions, le travail peut être fait facilement et efficacement d'un seul endroit central.
  4. Programmes périphériques Nous économiserons 4 millions de dollars en éliminant le financement de la recherche sur la marijuana médicale.  Le nouveau gouvernement du Canada a pris des engagements sérieux envers la recherche sur la santé et ne croit pas que le gouvernement fédéral doive dicter aux chercheurs professionnels ce sur quoi doivent porter leurs recherches.